RETOUR

Origine du document:
Nouvel Observateur 10 Mars 2004


Société

Maurice Papon pas résolu à abandonner sa Légion d'honneur

PARIS (AP) -- A défaut d'un nouveau procès pour son rôle de haut fonctionnaire sous l'Occupation, Maurice Papon pourrait être poursuivi pour port illégal de décoration. Sur les photographies qui accompagnent son entretien à l'hebdomadaire «Le Point», il arbore toujours sa rosette de commandeur de la Légion d'honneur.
« Maurice Papon estime qu'on n'a pas le droit de lui retirer sa Légion d'honneur qui lui a été donnée par le général de Gaulle», a-t-on indiqué vendredi sous couvert d'anonymat dans son entourage.
Or, par décret présidentiel du 18 novembre 1999, M. Papon s'est vu déchu de toutes ses décorations françaises et étrangères à la suite du rejet de son pourvoi en cassation qui a rendu définitive sa condamnation à dix ans de réclusion pour complicité de crimes contre l'humanité.
« Si l'intéressé croit encore pouvoir garder la Légion d'honneur, il commet un délit puni d'un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende», a déclaré à l'Associated Press le chef de cabinet du grand Chancelier de la Légion d'honneur, François Sourd. «Les services du procureur seront chargé de l'établir (NDLR: le délit) et d'appliquer la loi», a-t-il ajouté.
Les photographies publiées dans «Le Point» ont été prises en novembre 2003, a précisé vendredi à l'AP le journaliste Denis Demonpion qui a procédé à l'interview de Maurice Papon. Ce dernier a été promu au titre de la Légion d'honneur au titre de ses activités de grand commis de l'Etat. Il été élevé au grade de commandeur lorsqu'il occupait les fonctions de rpéfet de police de Paris.
L'ancien parlementaire gaulliste persiste d'autant plus à conserver au revers de son veston ses insignes de la Légion d'honneur après la condamnation de la France pour procès inéquitable par la Cour européenne des droits de l'Homme. Estimant que sa condamnation n'est pas définitive, il espère depuis un nouveau procès. AP