^^^ Commander le livre sur aaa


José-Alain Fralon
est journaliste au Monde

Ils attendaient.
Par milliers, ils attendaient dans la chaleur de cet été bordelais.
Certains étaient partis la veille de Paris.
D'autres, venant de Riga,
Varsovie ou Berlin, avaient pris,
il y a plusieurs semaines voire
plusieurs mois, les chemins de l'exode.
Tous fuyaient les barbares dont l'ombre
s'étendait maintenant sur toute l'Europe.
On les appelait des réfugiés.
On sait aujourd'hui qu'ils étaient
tout simplement des condamnés à mort.
Pour sauver leur vie, ils avaient besoin
d'une simple signature sur leur passeport.
Or, le seul homme qui pouvait leur donner
cette signature n'avait pas le droit de le faire. Parce qu'ils étaient juifs, ou polonais,
ou apatrides. Ou de " nationalité indéfinie ".
Ou tout simplement indésirables.
Combien s'en seraient lavé les mains et
auraient obéi aux ordres de leurs supérieurs ?
Pas mon affaire !
Lui, non.

II s'appelait Aristides de Sousa Mendes.